À l’écho du présent

<

Alexandra Frankewitz et David Crespin en résidence à l’ENSAM d’octobre à décembre 2017

Tour à tour décor de science-fiction, campus universitaire américain, ou terrasse d’hôtel en bord de mer, nous avons trouvé dans l’ENSAM les endroits propices à la mise en scène de notre imaginaire commun.
En profitant de cette résidence comme d’un espace de recherche et d’expérimentation, nous avons regardé, apprécié et choisi chaque cadre pour y composer une vision esthétique et narrative, enrichie par nos influences qui, pour ce projet en particulier, se retrouvent dans l’oeuvre de Jeff Wall, Rip Hoppkins…
Invoquant le Near Documentary, comme un concept dont nous nous rapprochons, nous avons réinterprété, le quotidien d’un lieu choisi en scénarisant son utilisation par les étudiants, leurs professeurs ou le personnel enseignant. Situé dans un «entre-deux», le Near Documentary propose la vision d’une image totalement mise en scène.

Le « Near Documentary » désigne une approche qui se situe à la périphérie de la définition de la photographie documentaire : elle tend vers le documentaire, sans jamais l’atteindre. La reconstruction de moments passés (vus ou vécus) est le motif central dans le genre du « Near Documentary ». Il s’agit de situations qui se sont déroulées de cette manière ou bien presque – elles se fondent sur une expérience du réel.La reconstruction de cette expérience par la mise en scène rétrospective destitue toutefois l’image de son lien supposé fiable à la vérité, qui caractériserait le document.”

Sur une invitation d’Elsa Decaudin / PULX dans le cadre de sa résidence à l’école d’architecture de Montpellier

Projet accompagné par Transit Photographies