Mamadou Top pose dans un de ses champs, a la saison seche. La terre se transmet de pere en fils. Les limites des differentes parcelles sont connues et souvent reperees grace a des elements  naturels, nul besoin de cloture ou de poteau indicateur. Ouarkokh, Communaute rurale de Ouarkhokh, region de Louga, Senegal.
Mamadou Top pose dans un de ses champs, a la saison seche. La terre se transmet de pere en fils. Les limites des differentes parcelles sont connues et souvent reperees grace a des elements naturels, nul besoin de cloture ou de poteau indicateur. Ouarkokh, Communaute rurale de Ouarkhokh, region de Louga, Senegal.
Mamadou Top profite de la parcelle grillagee du projet SolAO (dont il fait partie), pour faire une reserve de fourrage pour ses betes. Il replace ici des branches epineuses qui empechent les vaches ou les moutons des troupeaux en semi-liberte de venir grignotter son stock. Ouarkokh, Communaute rurale de Ouarkhokh, region de Louga, Senegal.
Mamadou Top profite de la parcelle grillagee du projet SolAO (dont il fait partie), pour faire une reserve de fourrage pour ses betes. Il replace ici des branches epineuses qui empechent les vaches ou les moutons des troupeaux en semi-liberte de venir grignotter son stock. Ouarkokh, Communaute rurale de Ouarkhokh, region de Louga, Senegal.
Comme chaque soir, cette femme et son fils remplissent une grosse chambre a air avec de l'eau du marigot, qu'ils rameneront en charrette jusqu'a leur village. Cette eau, stagnante dans la retenue depuis la saison des pluies, est moins claire que celle du forage, mais elle est gratuite. Certaines familles doivent faire plusieurs allers-retours par jours pour se rendre a un point d'eau situe parfois a plus de 45 minutes en charrette du village. Ouarkokh, Communaute rurale de Ouarkhokh, region de Louga, Senegal.
Comme chaque soir, cette femme et son fils remplissent une grosse chambre a air avec de l'eau du marigot, qu'ils rameneront en charrette jusqu'a leur village. Cette eau, stagnante dans la retenue depuis la saison des pluies, est moins claire que celle du forage, mais elle est gratuite. Certaines familles doivent faire plusieurs allers-retours par jours pour se rendre a un point d'eau situe parfois a plus de 45 minutes en charrette du village. Ouarkokh, Communaute rurale de Ouarkhokh, region de Louga, Senegal.
Le troupeau de bovins du village comprend plus de 200 tetes. Chaque famille marque ses betes d'un signe distinctif. Toutes sont gardees ensemble par un berger, qui les ramene passer la nuit dans un enclos commun pour eviter les vols. Cette femme pose fierement devant son boeuf, un des plus beaux de l'enclos. Les ovins quant a eux, s'ils suivent egalement le meme berger toute la journee, rentrent seuls le soir vers les enclos situes dans les cours des maisons. Ouarkokh, Communaute rurale de Ouarkhokh, region de Louga, Senegal.
Le troupeau de bovins du village comprend plus de 200 tetes. Chaque famille marque ses betes d'un signe distinctif. Toutes sont gardees ensemble par un berger, qui les ramene passer la nuit dans un enclos commun pour eviter les vols. Cette femme pose fierement devant son boeuf, un des plus beaux de l'enclos. Les ovins quant a eux, s'ils suivent egalement le meme berger toute la journee, rentrent seuls le soir vers les enclos situes dans les cours des maisons. Ouarkokh, Communaute rurale de Ouarkhokh, region de Louga, Senegal.
Mamadou Top est installe sur l'un des sommiers qui occupe la cour familiale, entouree des cases des familles de ses enfants. Au sol, le tapis de priere et l'eau pour les ablutions. Ouarkokh, Communaute rurale de Ouarkhokh, region de Louga, Senegal.
Mamadou Top est installe sur l'un des sommiers qui occupe la cour familiale, entouree des cases des familles de ses enfants. Au sol, le tapis de priere et l'eau pour les ablutions. Ouarkokh, Communaute rurale de Ouarkhokh, region de Louga, Senegal.
Amodou Ba pose avec ses femmes et ses enfants, qui se sont appretes pour l'occasion. Les Peuls (tout comme les sereres et les wolofs) peuvent être polygames. Ouarkokh, Communaute rurale de Ouarkhokh, region de Louga, Senegal.
Amodou Ba pose avec ses femmes et ses enfants, qui se sont appretes pour l'occasion. Les Peuls (tout comme les sereres et les wolofs) peuvent être polygames. Ouarkokh, Communaute rurale de Ouarkhokh, region de Louga, Senegal.
Malayny Ba amene paitre le troupeau familial jusqu'au soir dans des endroits ou il y a de bonnes herbes. Il reconnait chaque brebis. A 12 ans, il a la garde du cheptel, la plus importante richesse de sa famille Peul. Pourdy, Ouarkokh, Communaute rurale de Ouarkhokh, region de Louga, Senegal.
Malayny Ba amene paitre le troupeau familial jusqu'au soir dans des endroits ou il y a de bonnes herbes. Il reconnait chaque brebis. A 12 ans, il a la garde du cheptel, la plus importante richesse de sa famille Peul. Pourdy, Ouarkokh, Communaute rurale de Ouarkhokh, region de Louga, Senegal.
Cet immense fromager est apparu un matin dans ce champ, tout d'un coup, avec une hache plantee dans le tronc. Pour la population locale, il s'agit la d'un arbre que l'on tentait d'abattre et qui decida alors de changer d'endroit pour se mettre en securite.
Bien que musulmans, les sereres (qui forment en nombre la troisieme ethnie du Senegal) gardent toujours vivantes les croyances animistes. Diokoul, communaute rurale de Dya, region de Kaolack, Senegal.
Cet immense fromager est apparu un matin dans ce champ, tout d'un coup, avec une hache plantee dans le tronc. Pour la population locale, il s'agit la d'un arbre que l'on tentait d'abattre et qui decida alors de changer d'endroit pour se mettre en securite.
Bien que musulmans, les sereres (qui forment en nombre la troisieme ethnie du Senegal) gardent toujours vivantes les croyances animistes. Diokoul, communaute rurale de Dya, region de Kaolack, Senegal.
Un producteur de legume pose dans son champ d?oignons, situe a proximite d'une ancienne carriere qui sert de reserve en eau de pluie pendant la saison seche. A l'aide de sceaux en plastique bricoles dans des bidons, il effectue des allers retours toute la journee pour irriguer ses plantations. Diokoul, communaute rurale de Dya, region de Kaolack, Senegal.
Un producteur de legume pose dans son champ d?oignons, situe a proximite d'une ancienne carriere qui sert de reserve en eau de pluie pendant la saison seche. A l'aide de sceaux en plastique bricoles dans des bidons, il effectue des allers retours toute la journee pour irriguer ses plantations. Diokoul, communaute rurale de Dya, region de Kaolack, Senegal.
La main de Mbaye Mbodj, lors d'un atelier au cours duquel les agriculteurs relevent par la photographie les differents observables qui leur permettent de determiner la qualite d'un sol. Ici, il y a peu de sable, la main ne s'enfonce pas, la terre est dure: c'est un sol dek. Diokoul, communaute rurale de Dya, region de Kaolack, Senegal.
La main de Mbaye Mbodj, lors d'un atelier au cours duquel les agriculteurs relevent par la photographie les differents observables qui leur permettent de determiner la qualite d'un sol. Ici, il y a peu de sable, la main ne s'enfonce pas, la terre est dure: c'est un sol dek. Diokoul, communaute rurale de Dya, region de Kaolack, Senegal.
Parcelle test du projet SolAO, ici en saison seche. Dans cette region silvo-pastorale, la deambulation du betail, friands des cultures, force a cloturer les parcelles de recherche. Mais le grillage est une denree chere et utile, celui-ci sera derobe quelques jours plus tard. Diokoul, communaute rurale de Dya, region de Kaolack, Senegal.
Parcelle test du projet SolAO, ici en saison seche. Dans cette region silvo-pastorale, la deambulation du betail, friands des cultures, force a cloturer les parcelles de recherche. Mais le grillage est une denree chere et utile, celui-ci sera derobe quelques jours plus tard. Diokoul, communaute rurale de Dya, region de Kaolack, Senegal.
Reunion des participants d'un projet d'aviculture, implante depuis 2009 dans la Communaute Rurale de Dya, et soutenu par le Fond de Soutien aux Strategies d'Adaptation (FSSA). En vue d'obtenir des poulets avec plus de chair, des coqs europeens ont ete importes et croises avec des poules locales. Mais l'importante mortalite des coqs pose probleme. Ici, Ibrahima Ndiaye, le president du CLCOP (Cadre Local de Concertation des Organisations de Producteurs) de Dya prend la parole. Au premier plan, Mme Ndoye, agent de l'ANCAR (Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural), deleguee par l'Etat dans la region pour apporter un soutien technique et logistique aux agriculteurs. Siege de la Communaute Rurale de Dya.
Dya, communaute rurale de Dya, region de Kaolack, Senegal.
Reunion des participants d'un projet d'aviculture, implante depuis 2009 dans la Communaute Rurale de Dya, et soutenu par le Fond de Soutien aux Strategies d'Adaptation (FSSA). En vue d'obtenir des poulets avec plus de chair, des coqs europeens ont ete importes et croises avec des poules locales. Mais l'importante mortalite des coqs pose probleme. Ici, Ibrahima Ndiaye, le president du CLCOP (Cadre Local de Concertation des Organisations de Producteurs) de Dya prend la parole. Au premier plan, Mme Ndoye, agent de l'ANCAR (Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural), deleguee par l'Etat dans la region pour apporter un soutien technique et logistique aux agriculteurs. Siege de la Communaute Rurale de Dya.
Dya, communaute rurale de Dya, region de Kaolack, Senegal.
Mamadou Mbodj, pres du stock d'arachide dans le grenier de la communaute Rurale de Dya. La mise en commun de la production permet notamment de baisser les couts de transport jusqu'à l'usine de transformation de Kaolack. L'etat Senegalais fixe le prix et achetait auparavant la totalite de la production des petits agriculteurs. Aujourd'hui, avec l'importance croissante prise par les revendeurs prives, on note une deterioration de la filiere, de la production des semences a l?ecoulement des recoltes. L'arachide reste aujourd'hui la principale source de revenus monetaires dans le bassin arachidier senegalais et compte parmi les quatre premiers produits d?exportation du Senegal. Dya, communaute rurale de Dya, region de Kaolack, Senegal.
Mamadou Mbodj, pres du stock d'arachide dans le grenier de la communaute Rurale de Dya. La mise en commun de la production permet notamment de baisser les couts de transport jusqu'à l'usine de transformation de Kaolack. L'etat Senegalais fixe le prix et achetait auparavant la totalite de la production des petits agriculteurs. Aujourd'hui, avec l'importance croissante prise par les revendeurs prives, on note une deterioration de la filiere, de la production des semences a l?ecoulement des recoltes. L'arachide reste aujourd'hui la principale source de revenus monetaires dans le bassin arachidier senegalais et compte parmi les quatre premiers produits d?exportation du Senegal. Dya, communaute rurale de Dya, region de Kaolack, Senegal.
Mbaye a 16 ans. Il rêve de partir en France, qu'il imagine comme un pays ou tout est possible. Dakar par contre, qu'il connait, lui parait une ville trop difficile. Assurer la sécurite alimentaire dans les campagnes, augmenter les revenus des agriculteurs, c'est aussi donner une motivation aux jeunes des villages pour ne pas quitter la terre familiale, et éviter la désertification des campagnes comme l'engorgement des grandes villes. Diokoul, communaute rurale de Dya, region de Kaolack, Senegal.
Mbaye a 16 ans. Il rêve de partir en France, qu'il imagine comme un pays ou tout est possible. Dakar par contre, qu'il connait, lui parait une ville trop difficile. Assurer la sécurite alimentaire dans les campagnes, augmenter les revenus des agriculteurs, c'est aussi donner une motivation aux jeunes des villages pour ne pas quitter la terre familiale, et éviter la désertification des campagnes comme l'engorgement des grandes villes. Diokoul, communaute rurale de Dya, region de Kaolack, Senegal.
La mosquee de Darou Mousty est l'une des plus grandes du Senegal. Construite en 1964, et renovee en 2005, elle s'impose par sa stature, avec ses quatre minarets. La ville est la deuxieme capitale du mouridisme, l'une des confreries religieuses les plus puissantes au Senegal. Darou Moustry, region de Louga, Senegal.
La mosquee de Darou Mousty est l'une des plus grandes du Senegal. Construite en 1964, et renovee en 2005, elle s'impose par sa stature, avec ses quatre minarets. La ville est la deuxieme capitale du mouridisme, l'une des confreries religieuses les plus puissantes au Senegal. Darou Moustry, region de Louga, Senegal.
Dans les bureaux des Eaux et Forets de Darou Mousty, un homme attend sur du bois sans permis de circulation, saisi la veille chez un menuisier. Toutes les forets du pays ont ete classees a l'epoque coloniale. La coupe de bois est strictement encadree. L'agent des Eaux et Forets travaille de concert avec certains marabouts de la region pour faire respecter, non sans peine, la legislation en vigueur. Darou Moustry, region de Louga, Senegal.
Dans les bureaux des Eaux et Forets de Darou Mousty, un homme attend sur du bois sans permis de circulation, saisi la veille chez un menuisier. Toutes les forets du pays ont ete classees a l'epoque coloniale. La coupe de bois est strictement encadree. L'agent des Eaux et Forets travaille de concert avec certains marabouts de la region pour faire respecter, non sans peine, la legislation en vigueur. Darou Moustry, region de Louga, Senegal.
Cette annee, la reunion annuelle du projet SolAO a lieu a Darou Mousty. L'ensemble des partenaires du projet est recu chez Ahma Mbacke, puissant marabout, descendant direct du frere de Cheikh Amadou Bamba, fondateur du mouridisme. Lors de ces grandes rencontres partenariales, c'est generalement a lui que revient l'ouverture de la seance avec la lecture de sourates. L'influence des marabouts est tres grande au Senegal, et en particulier dans cette region. La reference aux Ecrits Saints du Coran est donc constante et justifie la participation de marabouts aux activites du projet. Darou Moustry, region de Louga, Senegal.
Cette annee, la reunion annuelle du projet SolAO a lieu a Darou Mousty. L'ensemble des partenaires du projet est recu chez Ahma Mbacke, puissant marabout, descendant direct du frere de Cheikh Amadou Bamba, fondateur du mouridisme. Lors de ces grandes rencontres partenariales, c'est generalement a lui que revient l'ouverture de la seance avec la lecture de sourates. L'influence des marabouts est tres grande au Senegal, et en particulier dans cette region. La reference aux Ecrits Saints du Coran est donc constante et justifie la participation de marabouts aux activites du projet. Darou Moustry, region de Louga, Senegal.
Abib Diene, president du Cadre Local de Concertation des Organisations de Producteurs  de Darou Mousty, navigue sur internet avec sa clef 3G, depuis le fronton de sa grande maison. Darou Moustry, region de Louga, Senegal.
Abib Diene, president du Cadre Local de Concertation des Organisations de Producteurs de Darou Mousty, navigue sur internet avec sa clef 3G, depuis le fronton de sa grande maison. Darou Moustry, region de Louga, Senegal.
Samba Ndao, membre du Centre de Suivi Ecologique (CSE), participe en tant que cartographe au projet partenarial SolAO. C'est a partir de representations cartographiques des communautes rurales que certaines parcelles tests du projet ont ete choisies en concertation avec les producteurs locaux. Ici, dans le Centre de documentation, il est entoure des rapports et des etudes produits ou recus par le CSE. Centre de Suivi Ecologique, Dakar, Senegal.
Samba Ndao, membre du Centre de Suivi Ecologique (CSE), participe en tant que cartographe au projet partenarial SolAO. C'est a partir de representations cartographiques des communautes rurales que certaines parcelles tests du projet ont ete choisies en concertation avec les producteurs locaux. Ici, dans le Centre de documentation, il est entoure des rapports et des etudes produits ou recus par le CSE. Centre de Suivi Ecologique, Dakar, Senegal.
Ousseynou Gueye, technicien de laboratoire au LCM (Laboratoire Commun de Microbiologie IRD/ISRA/UCAD) de Dakar, s'apprete a effectuer des analyses a partir des echantillons de sols preleves dans les communautes rurales. Laboratoire Commun de Microbiologie, Dakar, Senegal.
Ousseynou Gueye, technicien de laboratoire au LCM (Laboratoire Commun de Microbiologie IRD/ISRA/UCAD) de Dakar, s'apprete a effectuer des analyses a partir des echantillons de sols preleves dans les communautes rurales. Laboratoire Commun de Microbiologie, Dakar, Senegal.
Chaque type de spore est ensuite cultive in vivo, dans les serres du LCM. Dans chaque pot, est semee une graine de plante hote (mais, poireau ou sorgo), et inoculee avec un type de champignon. Ce dernier va se multiplier, et se reveler plus ou moins benefique pour la plante (augmentation de la taille, de la biomasse, de la resistance aux stress...). Les champignons interessants pourront ensuite etre testes dans les parcelles du projet SolAO, dans les communautes rurales concernees.
(Dans une phase a venir, la culture des champignons les plus benefiques pourra etre realisee a proximite des lieux de productions) Laboratoire Commun de Microbiologie IRD/ISRA/UCAD, Dakar, Senegal.
Chaque type de spore est ensuite cultive in vivo, dans les serres du LCM. Dans chaque pot, est semee une graine de plante hote (mais, poireau ou sorgo), et inoculee avec un type de champignon. Ce dernier va se multiplier, et se reveler plus ou moins benefique pour la plante (augmentation de la taille, de la biomasse, de la resistance aux stress...). Les champignons interessants pourront ensuite etre testes dans les parcelles du projet SolAO, dans les communautes rurales concernees.
(Dans une phase a venir, la culture des champignons les plus benefiques pourra etre realisee a proximite des lieux de productions) Laboratoire Commun de Microbiologie IRD/ISRA/UCAD, Dakar, Senegal.
Lors de la reunion annuelle du projet, la parole circule entre les differents partenaires. Darou Moustry, region de Louga, Senegal.
Lors de la reunion annuelle du projet, la parole circule entre les differents partenaires. Darou Moustry, region de Louga, Senegal.
La 'photo de famille' du projet, lors de la reunion annuelle. 
Sont ici regroupes: des agriculteurs  et presidents des CLCOPs de quatre communautes rurales, des chercheurs et techniciens en microbiologie du LCM de Dakar, des agents de l'ANCAR (Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural), des techniciens agricoles, des enseignants du secondaire, des etudiants, une anthropologue francaise, des marabouts, un agent du Centre de suivi Ecologique. Darou Moustry, region de Louga, Senegal.
La 'photo de famille' du projet, lors de la reunion annuelle.
Sont ici regroupes: des agriculteurs et presidents des CLCOPs de quatre communautes rurales, des chercheurs et techniciens en microbiologie du LCM de Dakar, des agents de l'ANCAR (Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural), des techniciens agricoles, des enseignants du secondaire, des etudiants, une anthropologue francaise, des marabouts, un agent du Centre de suivi Ecologique. Darou Moustry, region de Louga, Senegal.